Pourquoi les États-Unis rejettent la justice pénale internationale : le précédent de Nuremberg

Link
  • « C’est mon deuxième plus beau jour au gouvernement. »

C’est par ces mots que John R. Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, salue la décision de la Cour pénale internationale (CPI) d’abandonner ses investigations sur de possibles violations du droit international humanitaire en Afghanistan, écrit le New York Times le 12 avril 2019.

  • Guillaume Mouralis
  • The Conversation

Si les juges en charge de l’affaire ont estimé qu’une telle enquête serait impossible sans la coopération des États-Unis, la procureure de la CPI, la Gambienne Fatou Bensouda, tient bon et souhaite maintenir sa requête en faisant appel, a rapporté ce vendredi le journal Le Monde. Sa demande inclut non…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.