Une arme à double tranchant: comités de vigilance et contre-insurrections africaines

Link

Confrontés à des insurrections croissantes, les Etats africains défaillants font ce que les Etats faibles ont tendance à faire: sous-traiter certains services de sécurité à des acteurs non étatiques ou à des comités de vigilance, dont beaucoup de membres ont pris les armes pour protéger leurs communautés.

Cette approche est parfois considérée comme une nécessité, mais est souvent dangereuse, en particulier dans les Etats politiquement instables et divisés.

Teg 1aPlus l’Etat est fragile, plus il est dépendant des comités de vigilance, mais moins il est capable de les contrôler ou d’empêcher les abus de pouvoir.

Plus le comité de vigilance réussit à…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*